JdR

Bob Morane Maximum Pulp

L’oeuvre d’Henri Verne s’est présentée à moi dans le bac à livre d’un supermarché de quartier voilà de cela quarante ans. Je devais partir en vacances avec ma grand-mère dans un coin perdu de France, un petit village isolé. Il me fallait préparer mon sauvetage en trouvant des solutions contre un ennui mortel.
J’avisais une collection de petits bouquins à la tranche orange. La couverture du premier offrait en larges lettres vert pâle le nom du héro présent sur la couverture.
Le titre m’interpella immédiatement : l’empereur de Macao. Une invitation au voyage et à l’aventure. L’homme sur la couverture, la chemise déchirée et le pistolet en main en portait tous les stigmates.
Je tirais la manche de ma grand-mère en lui montrant la série de bouquins. Si le pistolet l’inquiéta, elle céda volontiers à mon envie de lecture. Ce jour-là, je repartais avec quatre romans écrit par un certain Henri Vernes.

Mes grandes vacances furent dès lors rythmées par la lecture des BoB Morane que mes parents, en visite le week-end, m’apportaient par lot de 5, calés au milieu des comics habituels. Je sentais mes parents trop heureux que leur enfant s’immerge dans la lecture dites « sans image » dès l’âge de 10 ans. 

Bob Morane ne m’a plus jamais quitté. Et si je reste quelque peu dubitatif et rétif face à la dernière itération BD voulant moderniser le personnage, je pense avec émotion aux nouvelles générations qui, guidées par ce reboot moderne en BD, découvriront peut-être l’œuvre littéraire originale, à l’occasion d’une de ses nombreuses rééditions.

Voici un court article résumant l’oeuvre avec à la fin le point de vue d’Henri Vernes sur le reboot BD de Bob Morane. A ce sujet, je le rejoins complètement.
http://www.20minutes.fr/culture/171…


Cette passion constante pour l’univers de Bob Morane, fut rejointe plus tard par celle du jeu de rôle. Il ne fallait pas grand-chose pour marier les deux. Car, toute histoire imaginée par Henri Verne pour ce vieux Bob possède un éclat d’aventure de jeu de rôle.

C’est ainsi que depuis 2019, chaque année rôliste voit la mise en place d’une petite campagne de JdR basée sur un ou plusieurs romans de Bob Morane. Ça nous occupe généralement quatre à cinq séances, motorisées essentiellement depuis le début par le système SWADE ou GENESYS. Ces deux choix orientés par les mécaniques de résolution poussant l’inattendu en avant.
Mais c’est avant tout l’idée que tout Roman de Bob Morane porte en lui une trame de module de jeu de rôle qui a animé cette proposition.

A ce jour, voici les romans que nous avons joués : L’empereur de Macao, Trafic à Paloma, La marque de Kali, les yeux de l’Ombre Jaune et les guerriers de l’Ombre Jaune, La couronne de Golconde


Le billet qui suit va essayer d’expliquer notre processus de portage JdR d’une ou plusieurs aventures « Moranesque » dans un style bien évidemment PULP !

Prenons comme exemple l’Empereur de Macao. À la fois le premier roman que j’ai lu, mais également la première aventure jouée en 2019 avec SWADE.


1. Une vue d’ensemble de la trame de l’histoire.

Phase 1 : résumé des romans

Tout commence avec un site hyper pratique pour disposer de l’ensemble des évènements de l’histoire. Ce site résume un grand nombre des romans en précisant les lieux et les personnages de l’aventure. Une mine d’idées !
L’incontournable site des résumés de Gilles DUBUS. Gloire à lui ! https://www.fanbobmorane.fr/ResumeAventures/PagesR/CouvResum.htm

Ainsi, chaque résumé nous donne les grandes lignes de l’aventure avec les temps forts, les possibles moments d’action cinématique, les clefs des énigmes. Mieux encore, chaque résumé contient la liste des lieux d’aventures et surtout des personnages principaux qui vont l’animer. Les Pnjs en quelque sorte.

En décortiquant le résumé de Gilles Dubus, la logique de Fronts à la PbtA saute aux yeux, ou même, selon les aventures, de Timer.
L’idée étant d’identifier les embranchements de l’histoire, les climax à essayer de placer dans l’histoire, les gâchettes qui pourront être activées au travers de faits, lieux, pnjs, indices etc.

L’objectif final étant, certes d’obtenir un début et une fin qui recouvrent l’aventure officielle, mais aussi d’essayer de laisser, autant que faire se peut, le champ libre aux personnages sans les enfermer dans une narration directive. Il ne faut pas avoir peur qu’un front, ou encore étape, ne se déclenche pas tel que prévu, car d’évidence – les joueurs et joueuses ne réagiront pas comme Bob Morane. Une étape évitée par les personnages pourra toujours réapparaître plus tard, telle quelle ou sous une autre forme, ou encore disparaître purement et simplement de la narration.
Cette dernière hypothèse est déjà survenue dans nos séances. Par exemple, dans la marque de Kali, où seul le concept de « statuette à remettre en place pour apaiser des tensions communautaires » a été conservé. Les péripéties de Bob et Bill ont été effacées au profit d’une ambiance plutôt Mission Impossible, visant à remettre l’original de la statuette à sa place dans un temple-musée à la pointe de la technologie. L’épilogue de cette aventure sera par la suite connectée à une autre aventure inspirée de La couronne de Golconde.

Phase 2 : l’appui des bandes dessinées

Facilement, en médiathèque par exemple, vous trouverez souvent les B.D. Bob Morane qui sont idéales pour la mise en place de séances car elles synthétisent assez fidèlement les romans. Et visuellement, elles sont souvent inspirantes en formalisant en une ou deux cases les situations majeures ou certaines séquences d’action.

Phase 3 optionnelle : les romans

En troisième passe, pour qualifier au mieux les embranchements, il y a, pour ceux qui aiment lire, les romans . Mais certains ne sont pas faciles à trouver selon la réédition en cours. L’idéal est de trouver les omnibus déjà parus dans une médiathèque. Il en existe plus d’une dizaine chez l’éditeur Lefrancq.


Ainsi, la combinaison idéale serait le résumé de Gilles Dubus couplé à la BD correspondante.
Cela permet d’aller rapidement à l’essentiel.

2. Mettons en musique un exemple.

a-Un peu de lecture

Voyons le résumé qui nous est proposé pour l’Empereur de Macao sur le site https://www.fanbobmorane.fr


Résumé de « L’empereur de Macao » par Gilles Dubus.

En touriste à Hong-Kong, Bob Morane intervient dans une bagarre et sauve la vie de l’inspecteur John Crance sérieusement blessé.
Celui-ci le connaissant par l’intermédiaire de Georges Lester, lui demande de continuer l’enquête sur un mystérieux bandit, M. Wan, surnommé l’Empereur de Macao et de retrouver son collègue Sprague Miller, enlevé par les hommes de M. Wan. Morane commence par refuser, puis finit par accepter.

Trois pistes s’offrent à lui : La maison où a été agressé Crance, une maison de jeu et une boutique d’antiquaire de Macao.

Retournant sur les lieux de l’agression, dans une maison voisine, il retrouve Miller, torturé par Poo. Il parvient à le délivrer et à s’enfuir. Mais Miller a perdu la raison.

Se rendant à la maison de jeu « Le tigre enchanté », il provoque un incident pour être reçu par le directeur, Joao Tseu, dans l’intention d’accélérer les évènements, mais sans résultat.

Guidé par Lung, un mendiant lépreux, il se rend chez Ma-Boon-Ma l’antiquaire.
Caché il voit arriver Jao Tseu et son garde du corps Tak-Chee. Ecoutant la conversation, il apprend que la jonque « Poisson aux nageoires dorées » va attaquer un cargo afin de dérober une expédition d’or.

Après avoir prévenu Crance, il s’introduit clandestinement dans la jonque et se cache dans la cale.
Mais ayant été vu s’embarquer, une fois en pleine mer il est découvert et attaché au grand mât.
Tseu lui apprend qu’il était surveillé depuis son esclandre au Tigre enchanté.

La jonque est attaquée par des pirates chinois, Tseu, Tak-Chee et tout l’équipage est massacré par les pirates de Mao.
Ce dernier pille la jonque et repart, laissant Bob Morane toujours ligoté au mât.

Après une odyssée de 48 heures durant laquelle il subit l’attaque d’oiseaux charognards, ainsi qu’une tempête, il parvient à se libérer.
La jonque est échouée près d’un petit groupe d’îlots.
Là, il rencontre Taï-Min, une vielle femme folle et lépreuse se prétendant l’épouse exilée pour maladie de M. Wan.
Sur un des îlots, Morane aperçoit des maisons et une jonque. Il a dérivé droit sur le repaire de M. Wan !

Allant jusqu’au repaire, il apprend que trois avions vont décoller demain, pour attaquer comme prévu le paquebot, une jonque de M. Wan se trouvant déjà sur place pour récupérer les diamants.

Morane kidnappe Doyle l’un des pilotes. Essayant de voler un des avions, il est découvert par Sam Ling qui va l’abattre.
Il est sauvé par Doyle, qui n’était pas si mauvais que ça et essaye ainsi de se racheter.

Morane s’envole dans le Spitfire et rejoint les deux avions sur le lieux de l’attaque.
Il les abat tous les deux mais est touché par la D.C.A. de la jonque.
Faisant un amérissage forcé, il est récupéré par un navire de guerre britannique qui protégeait discrètement le paquebot et a coulé la jonque des pirates.

De retour à Hong-Kong, il a une petite idée sur l’identité de M. Wan, suite aux délires de Sprague Miller et de Taï-Min.

Habillé en clochard ivrogne, il suit le mendiant lépreux Lung qui se révèle être effectivement le mystérieux M. Wan, l’Empereur de Macao. Mais il est surpris par Poo et assommé.
Il va être tué par Poo, mais l’intervention de Crance et de policiers le sauve.
Poo et Lung sont tués. En fait Crance faisait discrètement surveiller Morane pour le protéger.

Lieux :

  • Hong-Kong, Macao
  • ( Lieu ile au large de Macao = Latitude 22° 2’34.75″N_ Longitude 113°40’21.02″E )
  • ( Lieu supposé Macao = Latitude 22°15’2.95″N _ Longitude 113°32’7.16″E )
  • ( Macao, Hong-Kong, ile au large de Macao en mer de Chine méridionale )

Personnages rencontrés :

  • John CRANCE : Inspecteur principal de Scotland Yard. Ami de George Lester. Chargé d’enquêter sur l’Empereur de Macao, il est blessé par ses complices. L’intervention de Morane lui sauve la vie.
  • DOYLE : Ancien de la R.A.F. Pilote de M. Wan. Se repent et sauve la vie à Morane en tuant Sam Ling.
  • HARRINGTON : Lieutenant de la marine britannique. Repêche Morane après son amérissage forcé.
  • Sam LING : Chinois. Homme de main de M. Wan. Tué par Doyle au moment où il allait abattre Morane.
  • LUNG : Mendiant lépreux. En réalité M. Wan, l’Empereur de Macao.
  • Jonathan MA-BOON-MA : Albinos. Antiquaire eurasien à Macao. Complice de M. Wan. Arrêté par la police sur indication de Morane.
  • MAO : Chef des pirate chinois. Très cruel, après voir attaqué la jonque de l’Empereur de Macao, il abandonne en pleine mer Bob Morane attaché au grand mât.
  • Sprague MILLER : Agent de Scotland Yard. Fait prisonnier par les hommes de M. Wan et torturé par Poo il perd temporairement la raison.
  • POO : Cul de jatte aux jambes remplacées par des pilons de bambou. Très cruel. Homme de confiance de Lung, un des seuls à connaître sa véritable identité. Abattu par John Crance au moment où il allait égorger Morane.
  • TAÏ-MIN : Epouse de Lung. Lépreuse et folle. Ses paroles permettront à Morane de déduire l’identité de l’Empereur de Macao
  • TAK-CHEE : Garde du corps de Joao Tseu. Tué par les pirates de Mao.
  • Joao TSEU : Directeur de la maison de jeux le « Tigre Enchanté » et complice de M. Wan. Tué par les pirates de Mao.
  • YEN : Médecin de l’hôpital britannique de Hong-Kong.
https://www.fanbobmorane.fr/ResumeAventures/PagesR/025.htm

Croisons ce résumé avec la BD correspondante :


b-Cartographie de l’aventure

Identifions les étapes majeures (que l’on peut aussi appeler les fronts ou embranchements majeurs) de l’histoire.

Voici un schéma de l’histoire :

c-Quelques réflexions

i.Le contexte de l’aventure.

Il est toujours important de placer les Pjs dans un contexte qui rend logique leur présence à Hong Kong et leur entrée dans l’aventure. Ce n’est pas un front à proprement dit, mais l’historique des personnages peut devenir une véritable gâchette pour démarrer l’aventure.
Donc, il est primordial de prendre le temps de construire cette phase, le plus souvent avec les joueuses et joueurs.

Concernant la période, les années 70 sont idéales car il n’y a pas trop de technologie d’assistanat, de réseau et d’inflation de date. Et puis cela reste dans le paradigme des romans.
Mais, il est tout à fait possible d’intégrer l’intrigue en 2020. Il faudra juste intégrer les facilités qu’apportent les téléphones portables ou l’internet. Il faudra également revoir la géopolitique et peut-être le format du grand méchant.

Concernant les agents Crane et Miller ils peuvent être de Scotland Yard dans les années 70 ou bien du MI6 ou de la CIA dans les années 2000-2020.

Il est également intéressant de noter qu’une grande partie des romans de Bob Morane, peuvent aisément s’adapter à l’univers des agents secrets. Je pense évidemment à James Bond, mais également à du Chill par exemple, car certains roman sont clairement teinté de fantastique.

ii.Réflexions sur les grandes étapes.

Dans cet exemple, les quatre étapes majeures s’enchaînent logiquement. Mais chaque étape induit sa part d’improvisation ou, à tout le moins, de réagencement selon les agissements des Pjs. Voyons cela.

Etape A -> Hong Kong avec le sauvetage de l’agent John Crane et les trois pistes qu’il donne aux PJs pour retrouver l’agent Sprague Miller. Deux des pistes mènent à Macao et à l’étape B.
Dans cette étape, il est fort possible que les PJs n’aillent pas fouiner au 325 rue du Dragon jaune où John Crane est tombé dans un traquenard, et filent directement à Macao vers les deux autres pistes. Si c’est le cas, l’idéal est de placer l’agent Sprague Miller entre les mains de Jonathan MA-BOON-MA (l’antiquaire) ou de Joao TSEU (Directeur de la maison de jeu). Placer Sprague Miller dans le sous-sol de l’établissement choisi en présence de POO (l’homme au fouet).
Il faudra imaginer un indice pour guider l’intuition des PJs. Par exemple, une belle montre occidentale dans la vitrine de l’antiquaire, ou un paquet de cigarettes anglaises dans les mains d’un sbire, ou une arme typiquement des services anglais, la cravate de Miller au cou d’un des PNJs, etc. Il est également possible de passer par un simple informateur qui donnera l’endroit où Miller est torturé, cela contre une forte somme d’argent.
Et si les PJs enquêtent, n jet de psychologie ou de détection du mensonge réussi pourra les orienter vers le bon endroit.
Bref, l’embarras du choix.

Etape B -> Cette étape doit, si possible selon la logique du roman, mettre les PJs dans la souffrance et la peine. Mais, il est fort possible, comme cela s’est passé lors de nos séances, qu’ils ne montent pas à bord de la jonque « impériale » mais la suivent dans leur propre embarcation. Dans ce cas, ils peuvent se faire arraisonner par les pirates qui les font prisonniers avant d’attaquer la jonque de l’Empereur. Les pirates laissent les Pjs à la dérive sur la jonque « impériale ».
Autre possibilité, la jonque s’aperçoit qu’elle est suivie et s’engage alors une bataille avec celle des PJs. Les pirates arrivent au milieu et on reboucle sur les PJs à la dérive sur la jonque « impériale ».

Cette étape B est là pour essentiellement placer les PJs sur la jonque abandonnée en pleine mer. Ils doivent ensuite subir une violente tempête avec tous les jets de survie qui vont bien. Ici, il faudra gérer en fonction des résultats et certainement improviser un peu. Mais si les PJs échouent à tenir la jonque dans la tempête, il suffira qu’elle se brise et que les PJs affaiblis, portés par les débris de la jonque, s’échouent sur la plage de l’îlot de l’étape C.

Etape C -> Découverte de Madame Wan, puis d’une de la ou des bases de l’Empereur. Les Pjs obtiennent aussi un indice sur l’identité de l’Empereur (la lèpre). L’étape C se conclus sur une bataille navale pour sauver le cargo civil « Victoria ».

Dans cette étape, il y a pas mal d’improvisation. Hormis la rencontre avec Madame Wan, qui aident les PJs à se remettre et dans sa légère folie donne l’information sur l’îlot où se trouve la base de l’Empereur, le reste dépendra des stratégies des PJs.
Il faudra juste se rappeler que Doyle, l’occidental (américain ou britannique ou français) pourra dépanner les PJs pour s’acheter une conscience.
L’infiltration de la base peut être un bon moment de jeu. La base accueille une trentaine de sbires de l’Empereur. S’il n’y a pas de pilote dans les PJs, c’est Doyle qui pilotera l’un des deux avions de chasse (spitfire en 70) disponibles sur la base.
En revanche, au niveau des jonques, il faut placer deux grosses jonques d’attaque avec canon et mitrailleuse pouvant accueillir entre vint et trente hommes, et quatre ou cinq petites jonques rapides (5 à 6 hommes) pour que les PJs aient plusieurs options de navigation.
Il est possible que les PJs se séparent (ce fût le cas pour nous). Un Pj pilote un avion de chasse et les autres dans une jonque rapide par exemple.
Il est possible aussi que les PJs veuillent saboter les jonques. Si vous les laissez agir, il faudra imaginer qu’une jonque de secours viennent d’un autre îlot, tandis que les PJs sont recherchés par les hommes de la base.
Globalement, il faudra de toute manière que des hommes de l’Empereur prennent la mer pour arraisonner le Cargo.

Pour la bataille navale il faut se faire plaisir. Toutes les options stratégiques et tactiques sont ouvertes.
Après un certain nombre de rounds, et surtout si ça tournent très vite mal pour les PJs, il faudra faire intervenir les secours sous la forme d’une corvette ou plusieurs corvettes de la police locale ou dans le camp de l’agent Crane. Les fameux renforts demandés.

Plus qu’à revenir à MACAO pour l’étape D.

Etape D -> Retour à Macao pour arrêter l’Empereur.
Mme Wan, femme de l’Empereur, exilée en raison de sa lèpre à clairement signifié aux PJs que l’Empereur à lui-même contracté la lèpre. Les PJs devraient faire le rapport avec le mendiant qui les aident à trouver les établissements dans l’étape A.

Ici, il faudra, là encore, s’adapter aux agissements des PJs. S’ils arrêtent le mendiant, ce dernier sera rapidement libéré, car cela reste un mendiant. S’ils le suivent, ils découvriront sa base dans une sorte de casse/déchèteries. La base de M. Wan est protégée par une vingtaine d’hommes de mains bien armés. La police locale ou les renforts de Crane pourront accompagner les PJs s’ils décident d’attaquer la base.

EPILOGUES possibles :

  • Si l’Empereur est capturé vivant par les PJs et livré aux autorités locales, il s’évadera une semaine plus tard, aidé par ses derniers hommes de main et mettra la tête des PJs à prix.
  • Si l’Empereur est tué, les PJs recevront une lettre de remerciement de la femme de M.Wan qui annonce reprendre le business. Elle leur offre cependant un droit de tirage dans une de ses maisons de jeu à Macao.
  • L’agent Crane et Miller deviennent des contacts pour les PJs et pourrait les embarquer dans certaines missions.
  • Des documents, trouvés dans le bureau de l’Empereur, mènent vers une autre aventure.
iii.Détails.

Dans l’étape A : les PJs sauvent l’agent John CRANCE et l’amènent à l’hôpital. Puis, Crane les invite à venir le voir à l’hôpital. Il leur propose de continuer à essayer de retrouver l’agent Sprague Miller. Les renforts demandés à son agence n’arriveront pas avant deux jours, et il craint pour la vie de son coéquipier.
Moment idéal pour la MISE EN PLACE D’UN TIMER sous le nez des joueuses et joueurs.

Le problème des autorités locales ! Pourquoi ne pas les contacter ? Réponse : l’agent Crane est sous couverture (incident diplomatique possible si découvert); de plus la police est noyautée par l’Empereur. Donc éviter autant que possible les autorités.
Si les PJs acceptent, on passe à l’étape B.
Si les PJs refusent on passe à l’étape Abis

Abis -> Les Pjs refusent – comment les décider ?
Par exemple : en sortant de l’hôpital, ils se font attaquer par des sbires de l’Empereur qui souhaite effrayer ces étrangers. Crane se fait aussi attaquer au même moment et s’en sort de peu (son agresseur passe par la fenêtre et tombe non loin des PJs). Ca devrait les décider à donner un coup de main à l’agent Crane.
Si les PJs ne veulent toujours pas intégrer l’aventure, ils recevront, à leur hôtel, une tête de chien dans un paquet avec un message « quitter Macao ». Si toujours pas : passer à un autre jdr…

Dans l’étape B : Enquête ouverte
La difficulté ici est que les PJs pourront choisir parmi les trois pistes dans le désordre, sachant que deux pistes se trouvent à Macao.
Selon la piste choisie, une autre pourra ne pas être suivie par les PJs. Il faudra possiblement replacer la finalité de la piste ailleurs, ou l’évacuer simplement de l’histoire. Il faudra faire oeuvre d’adaptation en reconstruisant la trame au gré des décisions des PJs.
Si vous ne concevez aucun plaisir à devoir adapter à la volée le conducteur de l’histoire, vous pouvez tout aussi bien être relativement dirigiste en utilisant certains PNJjs pour orienter fortement les décisions des PJs. Mais, pour les joueuses et joueurs, cela risque d’être moins ludique.

Pour rappel : nous avons trois fronts possibles

  • B1- Le 325 rue du dragon jaune : la maison déserte où l’on a donné rdv à l’agent Crane et où il a été agressé. Sprague Miller est torturé par POO dans la maison d’à côté.
  • B2- Selon l’enquête des agents, une maison de jeu de Macao : le tigre enchanté.
  • B3- Selon l’enquête des agents, une boutique d’antiquaire de Macao : au trésor des sages.

En conclusion, Bob Morane c’est bon pour les aventures PULP. Jouez -en !